logo de twitter logo de soundcloud logo de vine logo de youtube logo de flickr logo de instagram logo de facebook
logo de la rubrique Docteur Bidouille

Docteur Bidouille

Vie pratique, bricolage, gestion quotidienne

Témoignage: avoir la grippe porcine

Article posté dans Docteur Bidouille » Lifestyle le

Avoir la grippe porcine, c’est d’abord penser qu’on a attrapé un coup de froid.

On renifle un peu, on toussote. Rien de grave, c’est à cause du temps qu’il fait; il change tout le temps ce con. Alors on se couvre un peu, on met sa main devant sa bouche quand on tousse et éternue, mais on change pas vraiment nos habitudes; on continue de voir nos proches, on serre des pinces, on fait des bises, en oubliant parfois qu’on est un pti peu malade.

Avoir la grippe porcine, c’est au bout d’un moment se sentir fiévreux.

Subitement, on est pris à la tête, on fatigue. On se sent patraque. On se met alors un thermomètre dans le cul et on a le verdict: on est loin des 37°C de la normale. Merde alors, c’est quoi ce bouzin; c’était qu’un petit coup de froid comme j’en chope toute l’année, pourtant! On prend alors du paracétamol ou de l’aspirine, tout en se rendant compte que les ptits toussotements et le pti rhume d’avant sont en train de devenir vachement gênants. Au point de perturber notre sommeil.

Avoir la grippe porcine, c’est avoir super envie de dormir mais ne pas réussir à dormir.

On cherche le sommeil mais celui-ci ne vient pas, on a un coup trop chaud, un coup trop froid. De toute façon, le nez qui coule et la toux expectoratrice ne nous laissent pas trop le choix; la nuit est rythmée par les glaviots et les mouchages, les raclements de gorge intempestifs et les quintes de toux qui finissent par ne plus en finir.

Avoir la grippe porcine, c’est se réveiller le lendemain, sans savoir quand est-ce qu’on s’est endormi, sans plus savoir non plus où est-ce qu’on est quand on ouvre les yeux.

On se sent super mal, on a des courbatures. On a l’impression d’avoir fait nuit blanche, on est complètement à l’ouest. On va se reprendre un paracétamol, mais merde alors, qu’est-ce qu’on a du mal à se lever ! Mais on veut encore croire au coup de froid, à un méchant coup de froid, mais pas à la grippe non. C’était juste une petite fièvre, et puis une accumulation de fatigue, le boulot qui tire sur les muscles… alors comme un con, ce dimanche matin on se teste une dernière fois; on va acheter son pack d’eau à la supérette. Et puis finalement, faire 200m à pied, ça a été crevant à souhait. A en friser le malaise. Pas normal ça.

Avoir la grippe porcine, c’est alors rester tout le dimanche cloîtré.

C’est là qu’on se dit que c’était certainement plusse qu’un coup de froid, ouais. C’est là qu’on se dit qu’on va ptete aller voir le médecin, aussi. Mais merde c’est dimanche… bon ba demain matin alors.

Et puis du coup on attend. En pyjama, complètement à l’ouest. Allongé dans le canapé, puis dans le lit, puis dans le canapé, puis dans le lit dès 20h. Pas normal ça, quand on est habitué à avoir sommeil qu’après minuit ! On a rarement passé une journée à être aussi claqué, tout le temps. Merde, j’espère que c’est pas une grippe, quand même. Boarf, le médecin me dira ça demain de toute façon.

Avoir la grippe porcine, c’est aller chez le médecin ce fameux lundi. Mais ce qui est bête, c’est que ce lundi ba on va mieux, au final. Un peu dur de se lever, mais y a un mieux. Alors on se dit « et si c’était pas une grippe en fait ? », parce que c’était très rapide, quand même ! Mais bon, on va quand même voir le médecin, parce que ba, il faut !

Alors on appelle, on demande s’ils font des consultations libres le matin; bé non, seulement sur rendez-vous. L’après-midi, à 16h30. Boarf. Bon ba en attendant vu que je vais plutôt pas mal au final, je vais aller à ma rentrée de fac, parce que c’est super important ça, aussi, quand même. Et puis je connais des gens qui ont chopé un coup de froid itou, c’était pas une grippe pour autant.

Avoir la grippe porcine, c’est se rendre compte dans la journée du lundi qu’on a ptete pas autant retrouvé la forme que ça. En fait, on est pas mal patraque quand même. Et à 16h30, on regrette pas de s’être auto-forcé à aller voir le médecin, histoire qu’il nous prescrive un truc quand même. Pour un coup de froid, ou je sais pas quoi.

Et puis on le voit, ce fameux médecin. On lui explique ce qui nous est arrivé entre samedi dernier et ce lundi. On lui parle de ce dimanche, surtout. Le médecin nous dit alors qu’il va nous examiner pour voir si on pas une grippe qui traîne par hasard. « Ah, oué, heu … merde. »

Avoir la grippe porcine, c’est avoir une trachéobronchite aigüe.

Le médecin nous fait tousser, nous ausculte, et ci, et ça, et en conclut que c’est ce qu’on a. Une trachéobronchite aigüe. C’est quoi une trachéobronchite aigüe ? C’est une inflammation des voies respiratoires, la plupart du temps d’origine virale. D’origine virale ? Oui, due à un virus, et le plus souvent due au virus Influenza. Le virus Influenza ? Hé mais je connais, ça …

Avoir la grippe porcine, c’est avoir le médecin qui nous dit que notre trachébronchite est la manifestation la plus fréquente de grippe.

Il nous dit alors que la grippe classique, c’est une grippe hivernale. Et qu’on est pas en hiver. Et qu’en ce moment, c’est une autre grippe qui court, une dont on entend beaucoup parler d’ailleurs. Et qu’on en déduit donc ce qu’on veut. Mais qu’il va pas nous faire un test de coton-tige dans la bouche ou jsais pas quoi et de tout le tintouin, qu’il faut arrêter la psychose, parce que bon, c’est une grippe comme une autre au final, c’est-à-dire une grippe avec un ou deux jours d’incubation, un ou deux jours où on est plus ou moins à plat selon les personnes, pi basta, après la grippe elle s’en va, en laissant juste une toux et des rhinorrées qui sont les vecteurs de contamination principaux.

Le médecin nous dit alors que la seule différence entre la grippe dont tout le monde parle et la grippe normale, c’est que la grippe dont tout le monde parle est plusse contagieuse … ah ba je comprend mieux pourquoi le médecin a ouvert les fenêtres quand je lui ai décrit mes symptômes et au moment où il m’a ausculté. C’était pour diluer un éventuel virus en amenant de l’air frais, pour diminuer les risques d’une éventuelle contamination. Hum, lol.

Avoir la grippe porcine, c’est se sentir pestiféré.

Le médecin m’explique qu’évidemment la base c’est d’éviter de tousser à la face des gens, tout en me disant qu’il va me mettre un arrêt de travail de 6 jours histoire de pas contaminer mes collègues au boulot. Tout en me disant également qu’il va pas non plus me mettre en quarantaine, parce que ça sert à rien de priver les gens de vie sociale. Concernant le fait d’aller à la fac, il me dit que de toute manière, ça sert à rien de rester cloîtré une semaine chez moi. Qu’il faut simplement faire attention à pas tout contaminer, et que rien que le fait d’aérer chez soi ça va te contaminer le voisin, bref, c’est de partout quoi. La contamination ça s’arrête pas, ça se limite.

Alors il me prescrit de quoi calmer toux et nez, puis de quoi prévenir la fièvre. Un traitement classique, pas besoin d’antiviraux, qu’on ne donne que dans les cas compliqués (patients fragiles, déjà atteints de sérieuses maladies, etc).

Et puis il me dit que, suivant les recommandations, il va me prescrire des masques chirurgicaux. Mais qu’à son avis, ça sert à que dalle, surtout qu’un masque, faut le savoir, ça marche plus au bout d’à peine quelques heures.

Il me dit aussi que je suis loin d’être le premier à venir le voir avec ces symptômes.

Et je suis donc loin d’être le premier à qui il prescrit des masques.

Je n’ai encore jamais vu qui que ce soit dans la rue avec un tel masque.

Que dois-je en déduire ?

Qu’avoir la grippe porcine, c’est comme avoir une grippe normale, en fait.

Sauf qu’à cause de toute la psychose générale qu’on leur a fait bouffer à longueur de journée dans les médias et autres, les passants qui se tiennent près de nous quand on toussote ou éternue nous font ressentir une espèce de sensation de malaise, de peur ridicule. Alors que les passants, c’est eux qui me l’ont refilé, la grippe, quand je vois le nombre de cons qui sont même pas foutus de respecter le geste élémentaire de politesse qu’est le fait de mettre sa simple main devant soi quand on tousse ou éternue …

Arrêtons la psychose. La grippe porcine, c’est une grippe comme une autre. La différence la voilà, et c’est MacLesgy qui le dit (hé ouais j’ai d’la pure référence moi :ph34r: ):
– la grippe saisonnière change de 1 à 2% chaque année. Du coup, nos organismes y sont plus « habitués », ils sont mieux immunisés contre elle.
– la grippe porcine est à 25% différente de la grippe saisonnière; c’est en ça que notre organisme n’est pas super bien immunisé contre elle. Et comment il s’immunise, notre organisme ? EN L’ATTRAPANT, tout simplement. C’est là même le principe du vaccin, et ça beaucoup ne le savent même pas. C’est un processus NATUREL.

Voilà le côté… « positif », pour la majorité des gens. Stadire que si vous êtes une personne comme une autre, arrêtez d’avoir peur comme des cons. Car le côté « négatif » ne nous concerne pas, ni vous ni moi.

Les gens à protéger, ce ne sont pas des gens comme vous et moi; les gens à protéger, ce sont les personnes fragiles, comme pour n’importe quelle grippe. Nourrissons, femmes enceintes, papys, personnes à pathologies grave.

Alors au lieu de céder à la psychose et de vous compliquer la vie avec plein de questions, mettez simplement votre manche ou main devant votre bouche quand vous toussez ou éternuez. Ne jetez pas non plus vos mouchoirs dégueulasses par terre dans la rue. Lavez-vous les mains plusieurs fois par jour, et pas juste sous la douche. Et j’en passe des vertes et des pas mûres.

Si tout le monde respectait un minimum l’hygiène et la politesse élémentaires, l’humanité aurait déjà moins de problèmes.

PS: quand je dis « vous »… c’est pas contre vous hein !
PS2: c’était mon article rageux-donneur-de-leçons mensuel, maintenant, lapidez-moi 😎

5 commentaires
  1. Marion Potiron dit :

    je suis pas des gens !!!! :'(

  2. camille dit :

    il n’y a pas de quoi s’inquiété de la grippe. moi même je l’ai eu. j’ai été chez le médecin il m’a prescrit des médoc. si vous n’êtes pas une personne a risque en 1 ou 2 semaines vous être rétabli

  3. chat dit :

    les gens qui ne mettent pas leur main devant leur bouche quand ils toussent sont en général laids, chétifs, sales, puants, boutonneux, bêtes et méchants. c’est ce genre de connards qui m’a refilé sa merde! enculéééé!!!

Laisser un commentaire