logo de twitter logo de soundcloud logo de vine logo de youtube logo de flickr logo de instagram logo de facebook
logo de la rubrique Le Blog Studio

Le Blog Studio

Vis ma vie d'artiste indépendant : work in progress, live from the studio, publications, questionnements

Je ne suis pas un artiste Jamendo. Je suis un artiste libre !

Article posté dans Le Blog Studio » Services et outils le

je ne suis pas un artiste jamendo je suis un artiste libre dogmazicLe 1er avril dernier, j’ai décidé de supprimer mes albums de Jamendo. C’est sur cette plate-forme de diffusion que j’ai pour la première fois mis en ligne mes musiques; c’était en décembre 2005.

Depuis, le site a beaucoup évolué, et au fil de ces trois années, le décalage n’a fait que s’amplifier entre Jamendo et ma vision de la musique en libre-diffusion. Car Jamendo est passé de l’arc en plastique au bazooka en mousse là où je suis passé de l’arbalète en polystyrène à l’épée en bois (ba quoi, ça vous plait pas le Moyen-Age ?).

« Boudiou, keski raconte celui-là ? », k’vous vous dites peut-être. Hé bien, si vous aimez la lecture, je m’en vais développer un peu mon propos dans ces quelques paragraphes.

A la base, Jamendo était une petite communauté de quelques centaines d’artistes et de membres. En y débarquant il y a 3 ans, j’étais tout frais tout innocent. Je découvrais le concept de la musique libre, qui me séduisait, j’avais envie d’y participer, j’étais plein de fougue et d’entrain, et Jamendo me semblait honnête et accessible. Ainsi mon idée était simple; mettre à disposition ma musique sur internet pour la partager avec des gens et ainsi participer à cette jolie idée. De même, l’idée de Jamendo paraissait simple; permettre à des gens de mettre à disposition leur musique sur internet et participer à cette même jolie idée.

Je me suis ainsi naturellement rapproché de cette plate-forme, et d’ailleurs je ne sais plus comment je l’ai découverte à vrai dire, mais les choses me paraissaient claires: j’avais affaire à un site web qui offrait un service somme toute original, et qui voulait en retour pouvoir en tirer une contrepartie en termes de notoriété, de fréquentation, … chose qui ne me dérangeait pas, à l’époque, pensant que c’était bon pour la jolie-idée-que-je-découvrais de la musique libre que de pouvoir compter sur un site grandissant comme celui-là, surtout que Jamendo avait l’air d’en avoir réellement quelque chose à faire d’elle (mouarf, me dis-je aujourd’hui).

Un petit peu plus de trois ans plus tard, Jamendo a grandi. Jamendo compte aujourd’hui des milliers d’albums, des milliers de membres dans un fouillis monstre où s’évanouissent les nouvelles publications et où se perdent les discussions, … les historiens Jamendoïques vous éclaireront mieux que moi sur le processus de mutation que le site a subi, et ce n’est de toute façon pas le propos de cet article de faire une chronologie du site, mais ce qui est sûr, c’est que Jamendo a beaucoup changé (en mal ou en bien, chacun son opinion; j’expose la mienne ici).

D’un passage au JT de TF1 à la présence accrue de la publicité, en passant par la mise en place de « programmes » comme d’étranges partenariats ou encore le « partage » (sur des bases de notoriété keujsaipaquoienpenser) de 50% des revenus publicitaires avec les artistes, Jamendo est devenu une machine à gaz rentable; Jamendo est même devenu une entreprise, et Jamendo fait partie du « portefeuille de start-ups internet » (selon les mots du webmaster… heu non pardon, du CEO) du fond d’investissement Mangrove capital Partner depuis l’été 2007.

Si l’on retourne un an plus tôt, en août 2006… c’est depuis cette époque que j’ai petit à petit délaissé ce site. Auparavant, je laissais des commentaires, je farfouillais, … et puis après, bé non yavé plou envie. En particulier parce que le site grossissait vraiment et que j’ai commencé à m’y sentir un peu seul, de moins en moins à échelle humaine, de moins en moins en mesure de suivre le forum, les publications, etc.
C’est aussi dans cette période que je me suis penché davantage sur Dogmazic.net, le site de l’association Musique Libre !, qui venait de muter en une chose orange plutôt sympathique (la même autruche qu’aujourd’hui).

je ne suis pas un artiste jamendo je suis un artiste libre dogmazic

Association dont je connaissais déjà l’ancienne forme sitouaibique, musique-libre.org, pour y avoir laissé quelques petites musiques et avoir parcouru un peu le forum ci et là.

Association que je me suis alors mis à redécouvrir, en particulier pour l’aspect « partage pure et simple », que j’ai longtemps espéré voir au centre des préoccupations sur Jamendo, en vain, … et qui était évident sur Dogmazic, car au coeur de la démarche de l’association (mon rêve de l’époque était un Jamendo qui aurait utilisé ses sous pour faire grandir la musique libre, et non l’inverse; rêve fêlé quand Jamendo est devenu une société, rêve brisé quand Jamendo s’est trouvé Mangrove bidule comme nouveau pote, mmm).

En fait, c’est à cette époque que j’ai amorcé un réel éloignement de Jamendo,… qui n’allait plus s’arrêter ensuite. C’est aussi là qu’ont commencé à émerger mes premières réflexions quant à savoir quel intérêt ce site allait finir par avoir pour moi, quel appui pourrait-il constituer dans mes projets futurs pour promouvoir la musique libre: « Trop gros ? Trop de monde ? Trop vite ? Trop d’albums chaque jour ? Musicalement, quel intérêt qu’on soit tous noyés dans un flot de publications si mon but c’est le partage et la découverte tranquilou ? Comment je farfouille moi, dans c’te lac, avec ma pauv’ petite cuillère ? Jamendo va se faire renommer « Itunes 4 Free »? Quel intérêt ? Merde quoi, mon soucis c’est la musique libre moi, pas Jamendo, Jamendo n’est pas la musique libre, NON JE NE SUIS PAS UN « ARTISTE JAMENDO »! ».

J’avais des idées de projets de blogs, de sites, etc, qui ne demandaient qu’à mûrir, et pour cela j’avais besoin d’interaction, d’échanges, en termes musicaux et humains, besoin d’une communauté qui ne jure pas que par les commentaires (souvent peu constructifs) d’albums, car j’avais besoin de quelque chose sur quoi me baser pour mener à bien ma démarche, de forums sur de nombreux thèmes se rapportant à la musique libre, de discussions sur les licences ouvertes, etc, … besoin en fait d’une base de réflexion pour ne pas me lancer dans l’inconnu comme ça. Et Jamendo ne me correspondait pas pour ces choses là, alors que ça aurait peut-être pu être le cas à une autre époque, à une autre échelle. Alors vu qu’il a fini par se présenter comme tel, je n’ai plu considéré Jamendo que comme, ba, rien de très utile pour moi, ou alors comme un simple fournisseur de liens bittorent et eMule par exemple … mmm.

J’ai donc commencé à découvrir vraiment Dogmazic, MonCulProd, entre autres, sans me lancer dans mes projets de sites pour autant, car je me suis davantage concentré sur la création de musique et l’observation et approche de ces nouveaux horizons; c’est en fait tout un univers musique librique que j’ai alors tenté d’explorer à ma manière.

C’est justement bien là le problème de Jamendo: ce site nous empêche d’explorer le petit monde de la musique libre à notre manière. Car il fait comme si tous les autres n’existaient pas et on croirait même qu’il voudrait se faire voir comme la seule alternative aux schémas traditionnels.

Un exemple tout bête: une fois inscrit sur ce site, on se fait proclamer « artiste Jamendo ». Hé bien non, désolé, mais je ne suis pas un artiste Jamendo. Je suis un musicien en libre-diffusion. Et Jamendo n’a pas à interférer dans ma démarche ! Tout comme Jamendo n’a pas à mettre des « jamendo.com » à outrance dans les fichiers musicaux que je lui envoie et qu’il diffuse. Un peu, d’accord, car faut savoir dire merci. Mais apposer l’étiquette « artiste Jamendo » partout, jusque dans le nom des fichiers archive, jusque dans les tags des mp3, jusqu’entre les pistes des albums (quand on les écoute sans être inscrit), … là je dis non.je ne suis pas un artiste jamendo je suis un artiste libre dogmazic

Jamendo s’immisce partout, et bien désolé mais non, personnellement, ça me dérange. Car au final, de ma propre impression, ce serait un petit peu comme si Jamendo la start-up voulait s’imposer, écraser les autres, être une sorte de major du libre, seulement le concept diffèrerait un peu; il s’agirait non pas de vendre des artistes, mais de vendre de l’espace publicitaire dans l’idée que l’on fournit de la « musique gratuite », notion en vogue de nos jours, le tout avec des arguments statistiques sous le bras, en milliers de téléchargements, de visiteurs, d’albums, … être un « artiste Jamendo », au final, ce serait être une statistique, ce serait n’être qu’un numéro dans la base de données, au final ce serait un petit peu n’être que du bétail à revendre, et la musique ne serait qu’un prétexte. Ah ba tiens là oui ça me rappelle quelque chose dis donc !

Que mes propos soient pris de manière mesurée; ils n’engagent que moi et ma propre expérience du site. Car libre aux gens qui le veulent de s’inscrire à Jamendo s’ils y trouvent leur compte; moi je n’y trouve plus le mien. J’exprime mon sentiment d’aujourd’hui après être resté plus de deux ans sur Jamendo en observateur silencieux, à suivre de près et de loin le site et son évolution, ainsi que les initiatives de ses membres, à essayer de comprendre sa démarche différente, à me demander si Jamendo ne tendait pas vers une espèce de sorte d’entrepreneuriat social, et, souvent, à tenter de répondre à la question: « est-ce que ci, est-ce que ça, je peux le cautionner ? »

Après mûre réflexion il s’avère finalement que je trouve beaucoup de « non » en guise de réponse:
non, je ne cautionne pas que Jamendo se vende comme un simple site de musique gratuite ultra-fréquenté auprès de ses annonceurs et partenaires;
non, je ne cautionne pas que Jamendo considère sa propre visibilité comme plus importante que la visibilité de la musique libre;
non, je ne cautionne pas que Jamendo se laisse aller à une effervescence incontrôlée mais exploitée de la musique;
non, je ne cautionne pas que les artistes y soient attirés à coups de « on partage nos revenus publicitaires et les gens peuvent vous faire des dons » alors que peu en profitent vraiment;
non, je ne cautionne pas que les artistes en libre-diffusion soient résumés à de simples statistiques.

En guise d’excuse, Jamendo ne peut même pas se targuer de porter l’étiquette de « social-business »: car quelle aide est apportée à la musique libre, autre que la mise à disposition d’outils de diffusion restreinte aux artistes et membres « Jamendo approved » ? Quels évènements sont organisés autour de la musique libre ? Quelles initiatives, quels projets nouveaux ailleurs que sur le site en lui-même sont envisagés? Ce ne sont a priori pourtant pas les moyens qui manquent chez Jamendo pour aider à l’essor de la musique libre; à croire que Jamendo ne souhaite que l’essor de lui-même (ou bien est-ce l’influence de son pote Mangrove) ?

C’est pour toutes ces raisons qu’aujourd’hui, plus rien ne me retient là-bas. C’est pout tout cela, que j’ai envie de dire que oui, je quitte Jamendo car ce site et moi ne défendons pas ou plus la même chose, et que non, je ne suis pas un artiste Jamendo et je n’en ai jamais été un. Je ne suis toujours qu’un simple musicien en libre-diffusion qui veut partager ses bidules et défendre la musique sous licences ouvertes, et non pas défendre un site qui – bien qu’il m’ait ouvert une porte à une époque où je ne savais pas trop où aller et bien qu’il m’ait permis de faire de bonnes rencontres (et je le remercie pour ça) – m’a déçu alors qu’il me semblait au départ plein de bonnes intentions, et m’a peu à peu et finalement poussé à lui montrer mon fion.

5 commentaires
  1. Anonyme dit :

    Ben alors casse-toi pauvre con… :fesse:

  2. Marion dit :

    Anonyme ? T’es couillu toi au moins mon gars, trop pas peur de tes opinions ! 😎
    puis grâce à toi au moins le débat est constructif :coeur:
    ah mon rebelle…

  3. Bon, ce soir, je masque également mes albums sur Jamendo !

  4. Tu résumes très bien mes propres réflexions. J’avais laissé aussi ma musique sur Jamendo pour au moins bénéficier des liens bittorrent et emule et ne pas faire disparaître les commentaires des gens qui avaient pris le temps d’en faire. J’ai aussi utilisé le forum pour faire un peu d’agit prop. Mais là, le point de non-retour est franchi : j’ai également viré mes albums.

  5. lkratz dit :

    Salut Alexis,

    Merci pour ce long feedback, je regrette ton départ.


    Laurent

Laisser un commentaire