logo de twitter logo de soundcloud logo de vine logo de youtube logo de flickr logo de instagram logo de facebook
logo de la rubrique Le Blog Studio

Le Blog Studio

Vis ma vie d'artiste indépendant : work in progress, live from the studio, publications, questionnements

Article sur Jamzine

Article posté dans Le Blog Studio » Actualités le

Edit du 27/12/2010:
Jamzine n’existe malheureusement plus à l’heure actuelle.

article de piednez sur jamzine au sujet de alexis chatougri

Article par Piednez
Le 11 novembre 2006

Un article bien sympathique à mon sujet rédigé par Guillaume du groupe Pied d’nez, chroniqueur sur Jamzine.net et animateur de l’émission de webradio Rock Libre Expérience, consacrée à la musique libre.

Pour consulter cet article, allez sur le site Jamzine.net en suivant le lien ci-dessus, ou bien cliquez sur «lire la suite» juste en-dessous.

Alexis, oser le renouveau

Dans ce monde où le formatage est coutume, où les médias nous livrent chaque jour les mêmes sonorités insipides, l’effet de surprise, de nouveauté, escompté dans toute œuvre se voulant artistique se trouve relégué, certains artistes cherchent encore, créent toujours, osent l’avant-gardisme…
Alexis en fait partie. De sa voix et de ses guitares, il fait partie de ceux, trop rares, qui nous entraînent là où nous n’espérions plus trouver de quoi satisfaire nos pauvres oreilles estropiées de « bon son »…

Alexis - EdelweissEn 3 albums parus sur Jamendo, Alexis nous livre son univers. Un peu à la manière de Godard, de Truffaut et des autres réalisateurs de ce que l’on appelle communément la Nouvelle Vague du cinéma français (début des années 60), Alexis s’emploie à déconstruire les codes que le « métier » d’artiste-musicien s’est fabriqué au fil des ans (bien aidé il est vrai par les majors et les médias).

Ainsi, mélodiquement, rythmiquement et vocalement, Alexis OSE le renouveau. De sa guitare, il tire des sonorités, des suites d’accords, des arpèges, peu habituels qui en fascinent certains, en déconcertent d’autres… mais qui de toutes façons ne laissent pas indifférent. Alexis triture son manche de guitare, puise dans des variantes d’accords, parfois dissonants à première vue, mais finalement si créatifs et bien pensés…

Pour tout ça, Alexis se rapproche de l’univers de Syd Barrett, le premier leader de Pink Floyd récemment décédé… Encore plus si l’on écoute les albums solos de Syd (The madcap laugh, 1969 / Barrett, 1970). Ce sens du contournement des règles à la recherche d’un sens mélodique nouveau, de sonorités neuves, on le trouvait chez Barrett, on le retrouve chez Alexis.
On pense aussi, sur des titres comme « Si mon soleil s’en allait » (Edelweiss – avril 2006), à la pièce « The Narrow Way » de David Gilmour (Pink Floyd également) sur l’album Ummagumma (1969)… Bref la pleine période du rock psychédélique.

Les textes sombres et mélancoliques proposent une sorte de voyage en introversion, peuplé d’émotions, d’angoisses profondes ressenties en nos forts intérieurs. L’atmosphère est lourde, psychotique, névrosée… un voyage au coeur du « Moi » profond. Ces angoisses ressortent autant dans la musique que dans la vibration des cordes vocales et les choix d’harmonies riches et originaux voir avant-gardiste. Les textes et leurs interprétations participent à la création de cette atmosphère si particulière.

Le côté minimaliste, visiblement assumé dans les choix d’arrangements et le mixage, donne aux albums d’Alexis une réelle profondeur, un grain qui lui est particulier. La recherche est poussée à l’extrême, le progressif à son paroxysme, mais sans jamais tomber dans une sorte d’expressionnisme pour auditeurs aguerris… non, car chez Alexis la limite n’est jamais franchie.

Laisser un commentaire